Face au constat que le Parlement Jeunesse d’Haïti, cet espace d’apprentissage du système parlementaire haïtien, est devenu une plateforme de création de nouveaux jeunes leaders dans le pays, et la sollicitation des milliers de jeunes de tout le pays à prendre part à une nouvelle Législature et à intégrer le Gouvernement Jeunesse d’Haïti , l’Association des Volontaires pour la Démocratie prend plaisir à organiser les Législatures du Parlement Jeunesse d’Haïti pour permettre à plus de jeunes de faire cette simulation.

Le projet Parlement Jeunesse d’Haïti a pour but de permettre à plus de 200 jeunes (Jeunes-Parlementaires, Jeunes du Gouvernement Jeunesse d’Haïti et Jeunes-Journalistes, jeunes-ambassadeurs) de découvrir par la pratique le fonctionnement des systèmes gouvernemental et parlementaire haïtiens, de débattre dans un cadre libre et démocratique et de développer des plaidoiries en faveur des causes des jeunes auprès des autorités.

Présentation du Parlement Jeunesse d’Haïti
« Le Parlement Jeunesse d’Haïti est un espace de rencontre des jeunes en vue de poser la problématique du présent et de l’avenir de la société haïtienne. C’est une occasion d’apprendre, de débattre des grandes questions qui préoccupent la société. Le Parlement Jeunesse permet également aux jeunes de s’approprier des grandes aspirations nationales et des grands défis de demain, dans un cadre parlementaire, gouvernemental et non partisan ».

Concept
Le concept Parlement Jeunesse d’Haïti traduit une simulation parlementaire où des jeunes répliquent le rôle des différents membres du véritable Parlement dans le but de faire un certain apprentissage, de comprendre le système parlementaire, de s’approprier des grands défis du futur, de se donner une réelle compréhension de la démocratie et de réfléchir sur les grands dossiers nationaux.

Près de 200 jeunes représentant leur circonscription respective se trouveront dans les locaux du Palais Législatif Haïtien pour endosser le rôle d’un parlementaire durant une semaine et ensemble découvrir les fonctions parlementaires.

Au cours de cette simulation, les participants interviendront à titre de Jeune-Sénateur, Jeune-Député, Jeune-Président, Jeune-Premier Ministre, Jeune-Ministre et de Jeune-Journaliste. Ils sont ainsi appelés à se pencher sur des dossiers de grande importance, donner son opinion, défendre son point de vue, conduire des activités, manifester son leadership. Durant cette semaine, ils découvriront le fonctionnement de notre système démocratique.

Des Participants
Les Participants seront recrutés par concours. Ils représenteront les véritables circonscriptions électorales du pays. Ils seront environ 200 à participer dans la simulation (119 Jeunes-Députés, 30 Jeunes-Sénateurs, 2 secrétaires généraux, 23 Jeunes-Ministres, 1 Jeune-Président et 1 Jeune-Premier Ministre, 5 jeunes-ambassadeurs, 15 Jeunes-Journalistes,…). Tenant compte que chaque participant aura à jouer le rôle des membres du véritable Parlement et du véritable gouvernement, et que l’expérience sera médiatisée dans tout le pays, les fonctions sont nommées de la façon suivante :

Des attributions du PJH
Avant de parler de ses attributions, il importe de mentionner ce que le PJH n’est pas. Tout comme le Gouvernement Jeunesse d’Haïti, le Parlement Jeunesse d’Haïti n’est pas une organisation politique, ni un groupe membre du véritable Parlement. Il n’est pas un organe de pouvoir, ni un pourvoyeur d’emplois. Il n’est pas le Parlement ni ne le remplace en aucun cas. Ce n’est pas du théâtre où les jeunes imiteront les parlementaires. Et les participants ne sont pas des politiciens. Ils sont des jeunes venus dans tout le pays, qui veulent apprendre et faire l’expérience de jeune-parlementaire.

Les participants à cette 4e Législature simuleront les fonctions de députés, de sénateurs et de jeunes-journalistes parlementaires et gouvernementaux, de Jeunes-Ministres, de Jeune-Premier Ministre et de Jeune-Président. Ils voteront des lois présentées par le Gouvernement Jeunesse ; ils travailleront en commission ; ils défendront des projets de leur circonscription, ils recevront et voteront la politique générale du Gouvernement Jeunesse. Ils accueilleront le message annuel du Jeune-Président de la République. Ils prendront à la fin de la simulation la résolution de mener un plaidoyer sur une problématique de la société jusqu’à la cinquième législature du Parlement Jeunesse d’Haïti.

Devenus membres du Mouvement des Volontaires pour la Démocratie, ils y représenteront leur circonscription, ils participeront à la mise en œuvre des programmes de l’association des volontaires pour la démocratie, etc.

Des attributions du GJH
Durant la semaine législative, le Jeune-Premier ministre présentera la politique générale de son Gouvernement, des jeunes-ministres feront l’exposé des motifs des lois devant les deux Chambres, ils travailleront en commission parlementaire, les jeunes-ambassadeurs nommés, seront ratifiés par le Jeune-Senat de la République, le Jeune-Président prononce le discours sur l’Etat de la nation devant la jeune-Assemblée nationale.

Le Gouvernement Jeunesse d’Haïti, qui y trouvera sa légitimité auprès de la jeunesse haïtienne, s’engagera à mettre en application la politique générale ratifiée par les deux jeunes-assemblées.

Le député Guy Gérard Georges animait une séance de formation pour les jeunes député

Durée de la Simulation
La durée de la simulation est d’un an, avec une semaine législative où les jeunes en profitent pour poser des actes parlementaires dont la présentation des projets de loi en séance plénière, envoi des projets en commission, Vote de la politique générale du Gouvernement Jeunesse d’Haïti, ratification des jeunes-ambassadeurs, assemblée pour recevoir le message du Jeune-Président de la République, etc.

Objectifs
L’Association des Volontaires pour la Démocratie crée le « Parlement Jeunesse d’Haïti » qui entend être un espace d’expression capable de donner à la jeunesse les moyens de participer activement à la construction de notre jeune démocratie, en conformité avec sa mission. Ainsi, fonde-t-elle son travail et ses actions sur les objectifs suivants, qui sont de trois ordres :

1/ Sensibilisation à la Démocratie
Des discussions autour du thème de la Législature – élaboration et ratification de résolution sur le thème – ratification de la politique générale du Gouvernement jeunesse d’Haïti… offrent aux jeunes l’occasion d’affiner leur point de vue, de nuancer leur position, de confronter leurs idées et d’enrichir leur connaissance sur le sujet. Apprendre à écouter, s’exprimer et défendre des idées dans le respect de l’autre.

2/ Enseignement du Système parlementaire et gouvernemental
En suivant au plus près le règlement et les procédures dictés dans le vrai parlement, les jeunes apprennent concrètement et au plus proche de la réalité le cheminement nécessaire pour qu’une loi aboutisse à son application. Comprendre le système, c’est le premier pas pour devenir bon citoyen.

3/ Rencontre entre jeunes
Le but d’un Parlement Jeunesse est également de promouvoir la rencontre entre jeunes d’origines diverses (géographiquement, de milieux familiaux,…). Cette rencontre éveille les jeunes aux différents facteurs culturels, économiques, sociaux et politiques présents dans la société et leur permet de partager et d’échanger idées et vécus.

Résultats escomptés
Pendant la quatrième législature, l’Association vise les résultats suivants :

  1. Plus de 200 jeunes seront sensibilisés à la démocratie et sur le thème de la Législature ;
  2. Plus de 200 jeunes font un apprentissage des fonctions parlementaire et gouvernemental ;
  3. Plus de 200 jeunes prendront connaissance de l’ensemble de lois et conventions relatives au thème choisi ;
  4. Prise d’une résolution relative à la participation de la jeunesse autour du thème choisi ;
  5. Plus de 200 jeunes auront la qualité de membre du Mouvement des Volontaires pour la Démocratie qui va assurer le plaidoyer pour le thème choisi pendant une année ;
  6. Plus de secteurs s’intéresseront à la lutte autour du thème de la Législature ;
  7. La Sensibilisation des autorités haïtiennes sur l’importance d’une politique publique de protection de l’enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.