Maillots gris portant l’inscription « Parlement jeunesse », 99 jeunes députés et 10 jeunes journalistes rentrent et siègent à l’hémicycle du Parlement. Premier ministre, Ambassadeurs, sénateurs et députés assistent à cette symbolique entrée en fonction, pour marquer le bicentenaire du Parlement. Le temps de rendre hommage à la jeunesse.

Publié le 2006-12-07 | lenouvelliste.com

« Je jure de m’acquitter de ma tâche …de maintenir et de sauvegarder les droits du peuple », s’époumonent les 99 jeunes députés installés dans l’hémicycle du Parlement. Durant deux séances, les députés fictifs issus d’un concours littéraire et historique pour marquer le bicentenaire du Parlement se réuniront en une véritable Assemblée pour vivre concrètement la situation et le rôle de Parlementaires. La première réunion dirigée par Ludex Jean-Pierre, le doyen d’âge du Parlement jeunesse, dès son lancement, prend la forme d’une vraie séance de Parlementaires.

Sauf, comme ce n’est pas souvent le cas, tous les sièges étaient occupés. Pas d’absentéistes ! « En vous accueillant dans cet hémicycle, j’ai le sentiment que, pour avoir répondu à l’appel du Parlement, vous vous sentez concernés, autant que nous autres Parlementaires en exercice, par les problèmes de tous ordres auxquels le peuple haïtien est confronté, et que vous êtes appelés à appréhender pour les souligner aujourd’hui et demain, a dit Joseph Lambert, président du Sénat.

Vous êtes donc en mesure, même par empathie, d’être touchés par leurs problèmes et d’en débattre pour les solutions adéquates », a-t-il poursuivi. Dans cet Haïti rongé par le sous-développement et la misère, a souligné le président de la Chambre des députés, P. Eric Jean-Jacques, « il existe une jeunesse qui veille. Il existe sous la cendre grise des déceptions et des désespérances un tison qui brûle et brille, toujours prêt à rallumer la flamme de l’espoir, l’aiguillon d’un nouvel essor ». Durant les deux jours de débat au Palais législatif, « le temple de la représentation populaire », selon P. Eric Jean-Jacques, le Parlement Jeunesse devra discuter et voter deux propositions de loi. Ce Palais, a souligné le président de la Chambre basse, est un haut lieu de la démocratie où les partis politiques vivent pleinement leur doctrine et leur programme dans le respect réciproque de l’opinion contraire.

La première séance, marquée par des faiblesses relevées dans le protocole mis en place par le Parlement, s’est tenue en présence du Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, des présidents du Sénat et de la Chambre des députés, de l’ambassadeur du Canada, Claude Boucher, et de celui de la République dominicaine, Jose Serulle Ramia.

Lancé à l’occasion du bicentenaire du Parlement haïtien, ce projet a été présenté le jeudi 21 septembre dernier lors d’une conférence de presse conjointe entre le président du Sénat, Joseph Lambert, l’ambassadeur du Canada en Haïti, Claude Boucher, et des responsables de la Fondation Sogebank. Le projet Parlement de la Jeunesse a été présenté à travers un document distribué aux journalistes comme un forum d’idées, un projet éducatif qui permet aux participants de mieux comprendre les rouages du système parlementaire, tout en vivant une expérience humaine des plus enrichissantes.

Les 109 jeunes de 18 à 26 ans qui composent le Parlement Jeunesse, ont été choisis sur concours à travers les 10 départements géographiques du pays. La sélection des jeunes parlementaires est faite à partir de la carte électorale du pays, soit un jeune député pour chaque circonscription et un journaliste parlementaire par département. « Si aujourd’hui vous êtes amenés dans cette enceinte à la faveur d’un concours littéraire et historique, demain c’est le bulletin du peuple qui vous ouvrira l’accès au bonheur politique et au lourd privillège d’appartenir à la Chambre des députés », a indiqué P. Eric Jean-Jacques. Peut-être avec un meilleur protocole !

Le Nouvelliste

Claude Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.